Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : En Pays d'Halatte
  • En Pays d'Halatte
  • : Blotti entre la vallée de l'Oise, le plateau Valois et le domaine de Chantilly, le pays d'Halatte est une contrée riche d'un patrimoine Historique et Forestier de près de 2000 ans. Nombre de villes et villages, de châteaux et monuments se sont développés autour de la forêt royale. Ce blog vous invite à découvrir cet endroit, moins exposé médiatiquement que les grandes régions touristiques, qui j'espère retiendra votre curiosité et votre intérêt...
  • Contact

Recherche

12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 19:06
Un Week-End clément, un Week-end de printemps qui nous permet de faire une petite ballade en famille. Direction, le parc Jean-Jacques Rousseau situé en face du château d'Ermenonville.




Le parc Jean-Jacques Rousseau a été crée, vers 1775, sous l'impulsion du marquis René-Louis de Grirardin (1735-1808), propriétaire du château d'Ermenonville, s'étant inspiré de ses differents voyages en Allemagne, en Italie et en Angleterre.

Son nom est en l'honneur de Jean-Jacques Rousseau, écrivain et philosophe, qui n'y séjourna pourtant que pendant six semaines, les six dernières de sa vie, du 20 mai au 2 juillet 1778, date de sa mort.

La disposition du parc reste voisin de l'état d'époque, même si ont disparus certaines oeuvres, telles que la grotte de la rêverie, le temple des Muses ou la Brasserie.


Petite visite tranquille autour de l'étang afin de découvrir quelques fabriques :



La grotte des Naiades :
Dédiée aux naiades, divinité antiques des sources et des rivières, la grotte célèbre la croissance et la fertilité de la nature.





La Glacière :
Edifice caractéristique des jardin du XVIIIe siècle, on allait jadis recueillir la glace sur les étangs afin de l'empiler et de la conserver dans un grand puit hermétiquement fermé.










L'Ile des peupliers et la tombe de Jean-Jacques Rousseau
: Le tombeau de Rousseau inhumé en 1778 ne contient plus les restes de celui-ci. En 1794, la convention décrète leur transfert au Panthéon.

Le temple de la Philosophie :
Cette fabrique est le symbole de la connaissance humaine. Il est volontairement laissé inachevé, montrant que la vérité reste toute entière à construire.



Le Dolmen :
Impressionant, les dalles en pierre furent extraites des carrières de grès voisines, et certainement tractées comme à l'ancien temps.





Le pont de la Brasserie
:
Ce pont, près de l'ancienne brasserie à bières, est caractéristique de la philosophie du marquis qui préférait les aspérités et les accidents de relief.


En conclusion, une belle promenade d'environ 2 heures que vous pouvez faire avec vos enfants (qui ont l'impression de faire une chasse au tresor), peu de monde, espace calme et reposant, qui invite à la contemplation et à la meditation...


Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Nature
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 16:56
Prieuré de Bray

_______

Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Photos
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 12:41
En ces premiers jours du printemps, réchauffé par les rayons du soleil, il est bon de passer faire un petit bonjour à notre chère forêt voisine, la Forêt d'Halatte.



Carte de la forêt à la fin du XVIIIe siècle

La Forêt d'Halatte, 4300 hectares, est comprise entre les vallées de l'Oise au nord, de l'Aunette et de la Nonette au sud, les communes de Verneuil en Halatte à l'Ouest et de Villeneuve sur Verberie à l'Est. Les points culminants sont la butte Saint Christophe (185m) et le mont Pagnotte (220m).
Le mont Pagnotte

La forêt d'Halatte apparaît dans les archives, pour la première fois, en 1165 et prendra son nom definitif, dérivé sans doute du mont Alta (140m), un de ses trois sommets, à la fin du XIIè siècle. Elle est, essentiellement, constituée au nord de Hêtres et au sud de Chênes et de Tilleuls.



Chêne Andreau

Hauteur : 27m
Diametre base : 130cm
Age présumé : 200ans






La forêt est d'abord un terrain de chasse royal (jusqu'à la Révolution), les routes, les poteaux et croix (comme celui du Grand Maitre) en attestent. Le massif a compté, également, d'autres propriétaires, notamment ecclésiastiques. Le plus gros était l'évéché de Senlis, Philippe Auguste lui avait attribué plus de 1500 arpents (XIIIe siècle), le prieuré de Saint-Christophe reçoit, vers 1068, plus de 900 arpents.




En 1790, les bois tenus par les religieux sont confisqués et deviennent bien national. Halatte devient une forêt domaniale.
Halatte fait partie du massif des trois forêts (avec Chantilly et Ermenonville).

Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Nature
commenter cet article
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 21:13
(et son Enceinte Gallo-Romaine)

Senlis, surnommée "Ville Royale", est située au centre du massif des trois forêts (Ermenonville, Chantilly et Halatte) et bâtie près du confluent de l'Aunette et de la Nonette.

Gravure de Senlis, datant de 1638

Dès l'époque Gallo-Romaine, la ville profite d'un important noeud routier, à proximité des axes Meaux-Beauvais et Pontoise-Reims, pour se développer.


Quelques années avant le début de notre Ere, sous le règne d'Auguste, emerge une bourgade Gallo-Romaine, Augustomagus (le marché d'Auguste) dans le territoire des Silvanectes. De cette époque, il reste les Arènes d'une capacité de 8000 à 11000 personnes.





Avec les invasions barbares du IIIè siècle, la ville est ravagée et celle-ci doit se doter d'une enceinte fortifiée, le Castrum. Cette muraille, de forme elliptique de 800m environ pour 7m de hauteur, est construite à partir de blocs de récupération de bâtiments civils et religieux et flanquée de 30 tours de défense. Silvanecte devient une place militaire importante.

Ces remparts, appelés autrefois "mur des Sarrazins" (defense contre les envahisseurs du nord) sont assez bien conservés sur une petite partie. Un grand nombre de Tours ont, par contre soufferts, détruites, transformées ou enfouies dans les maisons.


Plan du centre de Senlis, datant de 1811,
et son enceinte Gallo-Romaine


Enceinte Gallo-Romaine, et la Tour de la salle des Gardes, vus du Jardin du Roy



Cette solide fortification n'a jamais été prise, resiste aux raids des vickings au IXe siècle et au siège des Germains vers 946, et restera en service jusqu'au XIIe siècle. Une deuxième ceinture de rempart sera édifiée au XIIIe siècle...

Vers 853, sous Charles le Chauve, la cité prend le nom de Senlis. En mai 987, Hugues Capet est élu dans le Château Royal, par ses barons par acclamation, Roi des Francs.




Fausse Porte ou passage Sainte-Bathilde, amenant vers la rue de la Chancellerie (dans le Castrum).





La Porte Saint-Rieul, rue de Villevert, delimitant le Rempart

















Sur le point le plus haut de la ville, et appuyé sur la muraille Gallo-Romaine, a d'abord existé un Palais Mérovingien. Sous Louis VI le Gros, le Palais est detruit et  vers 1130, un Château est reconstruit. Fin XVIe siècle, malheureusement, les bâtiments se dégradent faute d'entretien. Le château est vendu comme bien national en 1793, la ville rachète les ruines en 1956 à la famille Turquet de la Boiserie.


Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Villes et Villages
commenter cet article
11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 12:49
Aquarelle de Guillaume le Baube


Villeneuve sur Verberie, vue de la route de Raray (D100)

Guillaume le Baube, né en 1958, est un artiste peintre (voir son Site) qui vit actuellement à Senlis.



Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Nature
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 21:20
A trois kilomètres environ de Senlis, se dresse le village de Montlévêque, sur les bord de la Nonette.



http://farm3.static.flickr.com/2617/4231511232_6b9d94d947.jpg

Situé dans un parc, traversé par la Nonette qui alimente un étang, l'ancien château des évêques de Senlis appartient depuis le XIXe siècle à la famille de Pontalba. Suite à ses transformations au XIXe siècle, il se présente comme un magnifique exemple de style Troubadour. Cantonné de quatre hautes tourelles coiffés de toits en poivrière, le corps de logis comprend trois étages surmontés de hauts combles d'ardoise percés de grandes lucarnes.



Au XVIIe et XVIIIe siècles a été ajoutée, coté gauche, une longue aile de deux étages, plus basse et de style classique. A l'extrème gauche, on peut distinguer une Chapelle, réalisé avec l'ancien jubé du couvent des Carmes de Metz, récupéré par Alexandre Lenoir au musée des monuments Français et donné à Josephine pour construire une chapelle à son château de La Malmaison. Resté en caisses, il est vendu à la mort de l'épouse de Napoléon et remonté à Mont-l'Evèque.

http://farm3.static.flickr.com/2647/4230733423_0f403786a4.jpg



Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Châteaux & Monuments
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 19:27
L'origine du Pigeonnier, ou du Colombier, remonte à un passé lointain, sans que l'on puisse fournir clairement une date ou un lieu précisant sa première apparition. On le retrouve cependant en Egypte comme sur le pourtour oriental de la Meditérrannée, dès la plus haute antiquité, avant qu'il ne gagne l'Europe occidentale.

Dans le dictionnaire du Cutivateur, un Colombier est un petit batiment pratiqué pour avoir des Pigeons. Il y en a de carrés et de ronds. Celui-ci doit être éloigné autant qu'on peut du manoir principal et placé à quelque coin de basse-cour, garni de boulins (ou nids) depuis le rez-de-chaussée jusqu'au sommet. Les vrais Colombiers sont faits en forme de tour et détachés des autres batiments, les Pigeonniers sont plutôt élevés sur quatre piliers ou bâtis sur les maisons mêmes ou sur les granges.

Il en existe un certain nombre dans l'Oise, plus ou moins bien conservés, et en particulier dans notre Pays d'Halatte.



Le Colombier du Château d'Aramont de Verberie
:
Petit Colombier octogonal du XIXè siècle, au milieu de la cour, est constitué d'un soubassement en pierre puis d'un ensemble à deux niveaux séparés par un larmier. Les ouvertures sont diverses, soupiraux, fenêtres d'envol, fausse porte. Le second niveau est percé de deux fenêtres d'envol superposées et d'une autre en demi-ceintre.





Le Colombier du Château de Roberval
:

Grand Colombier octogonal, bâti en moellons et pierres avec chaines d'angles harpées, et accolé au mur d'enceinte. Un larmier fait le tour du Colombier à mi-hauteur. La toiture de tuiles est terminée par un lanternon en Ardoise et flanquée de deux lucarnes. A l'intérieur, 1200 boulins de briques s'alignent le long des murs.






Le Colombier de la Ferme du Château de Raray
:
Colombier en forme de tour ronde, bâti en moellons avec quatre chaines harpées et couvert d'une toiture en poivrière de tuiles. Une porte à cintre surbaissé, à laquelle on accède par quatre marches, permet d'entrer ou un escalier mène à l'étage. Sont présentes deux fenêtres d'envol. 600 boulins en torchis s'alignent le longs des murs.




Le Colombier de la ferme des moutons blancs à Fleurines
:

De plan octogonal, le Colombier est isolé au centre de la cour. Il fait partie de l'ancienne ferme du prieuré St Christophe, prieuré Benediction dépendant de la Charité sur Loire, puis au XVIIIè siècle de Saint Medard de Soissons. Le corps du Colombier est monté en moellons de différentes tailles. La toiture à huit pans est faite de tuiles plates. La lucarne d'envol a été transformée en fenêtre. Le colombier n'a plus de boulins.





Le Colombier de la ferme de Montmartre à Barbery
:
Grosse tour seigneuriale circulaire en moellons assisés. Une lucarne d'envol se trouve dans la toiture en poivrière de tuiles plates et à l'opposé une fenêtre avec plage d'envol. Plus de 2000 boulins carrés en pierre couvrent l'intérieur depuis le sol.












Bien d'autres Colombiers, tout aussi intéréssants, sont également présents, certains bâtis en Colombier-Porche (Chamant) ou transformés en habitation ( Villeneuve sur Verberie ).

Colombier-Porche de Balagny sur Aunette (Chamant)
















Pigeonnier de Villeneuve sur Verberie






Le Parc Naturel Regional Oise-Pays de France a apporté son soutien financier, en 2006, à la restauration de Pigeonniers-Colombiers dans l'Oise.





Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Châteaux & Monuments
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 20:21

A droite, on distingue la flêche de la Cathédrale Notre Dame. A gauche, l'ancienne église paroissiale Saint-Aignan.


Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Picardie
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:09
La Communauté de Communes des Pays d'Oise et d'Halatte entame peut-être une période d'agitation. Deux communes, Verneuil en Halatte et Villeneuve sur Verberie , ont recemment fait part de leur intention d'étudier la possibilité de quitter la CCPOH pour rejoindre la Communauté de Communes du Pays de Senlis.


Marie-Laure Lobin, maire de Villeneuve sur Verberie, a d'ailleurs fait part de cette envie.


"Nous sommes sur le plateau, nous n'avons aucune attache avec Pont Sainte Maxence avec qui il existe en plus une barrière naturelle" explique t'elle. "Nous nous occupons de la petite enfance au niveau communal depuis huit ans alors qu'à Pont et Pontpoint , c'est la CCPOH qui s'en charge, pour le cinéma, on ne se sent pas concernés" déplore t'elle.




A Villeneuve, les liens avec les communes alentours, et non membres de la CCPOH, sont, de plus, importants rappelle Marie-Laure Lobin. "Nous sommes en regroupement pédagogique intercommunal avec Brasseuse et Raray, tandis que notre syndicat de l'eau comprend cinq communes du Pays de Senlis et nous seuls de la CCPOH".


Michel Delmas, président de la CCPOH, dit comprendre dans une certaine mesure les volontés de départ de Villeneuve sur Verberie, mais cela semble compliqué. Pour différents processus économiques engagés, les communes ne pourront pas partir avant sept ou huit ans!

(Oise hebdo - 21 janvier 2009)

 

 




Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Picardie
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 19:41

Un peu de publicité pour l'auberge de mon village, situé sur la route principale de Villeneuve sur Verberie.



L'Auberge du Clocher, tenue par notre ami Jako, est accueillante et conviviale, des tables décorées de nappes à petits carreaux. Elle fait partie du réseau "Bistrot de Pays".
Vous pourrez déguster des plats de cuisine traditionnelle (sans "chichi"), dans une atmosphère de bouchon Lyonnais, accompagné d'un p'tit vin toujours bien conseillé par le Patron. A l'ancienne, vous pourrez découvrir votre menu, écrit à la craie sur un tableau noir.






Repost 0
Published by Pat en Pays d'Halatte - dans Restaurants - Gites - Chambres d'Hotes
commenter cet article